Tchad: coronavirus au sujet des suspensions des célébrations publiques

DU TCHAT SPIRITUEL, hier, retenons trois idées (fruit spirituel et éclaircissements), au sujet des suspensions des célébrations publiques, trois idées arts et tenir : 1) Les messes publiques sont supprimees mais les curés et les prêtres continuent de célébrer seuls les eucharisties pour les fidèles qui le demandent ou pas. Les modalités de ces célébrations sont très variables du Tchad au RDC, en passant par la France et l’Espagne. Les messes qui seront demandées et qui seront célébrées même en leur absence et en leur nom sont aussi valides qu’en leur présence.2) Distinguer suspension des messes publiques et suppression des célébrations : le problème qui se pose c’est l’attroupement de masses, et pour cela les autorités ecclésiastiques dispensent les fidèles des préceptes concernant la participation physique aux célébrations de dimanche et des jours de fête. Mais cela signifie que les fideles doivent garder ces préceptes et suivre les messes retransmises à la radio, à la télévision par Internet selon les indications que leur donnent les différents diocèses où ils se trouvent : cela ne change pas, les chrétiens restent obligés de suivre les messes à la télé ou à la radio, par internet, etc.3) TOUS DEVONS OBSERVER LE 5° COMMANDEMENT : tu ne tueras pas. L’observation des ce commandement amène chacun de nous, y compris donc les prêtres, de ne pas tuer directement ou indirectement. Tuer indirectement dans le cas d’espèce, c’est vrai que le prêtre puisse contaminer les autres qui participent à la messe sans s’en rendre compte. En effet ce virus, coronavirus, il est impossible actuellement de savoir qui est en train de le transmettre (des personnes peuvent donc les transmettre les unes aux autres sans s’en rendre compte, et dans ce cas tous des viendraient des occasions de morts les uns pour les autres. Et celle à l’Eglise, notre Mère, et prudente et demande que tous aux ordres de ne pas se rassembler ni pour les célébrations mais pour des réunions). L’amour du prochain va jusqu’à dans ce détail là : aimer son prochain et donc ne pas être occasion de sa contagion, donc tu risque de sa mort. Et cela il n’est pas nécessaire de le démontrer avant de le croire. Suivez les instructions.Bonne journée en cette Semaine Sainte. Bienvenue au Tchat Spirituel.