Demtiri, écouter-Le: acronyme ou patronyme polysémique et spirituel

Les langues tchadiennes comme plusieurs en autres lieux, sont des langues à tons. On a utilisé les travaux du père Pierre Palayer, jésuite français, savant biologiste et linguiste pour ses travaux de 1970 et de 1992, au Tchad.

Nous avons choisi de nommer ce blog de partage d’expériences spirituelles, intellectuelles, culturelles et sportives, en utilisant un acronyme. En effet, en prenant appui sur les sens que nous proportionne cet acronyme ‘’demtiri’’, pris de la langue day (une variante des langues tchadiques qui se parlent au sud du Tchad). Nous pouvons avoir les décompositions et les sens suivants :

Nous avons choisi de nommer ce blog de partage d’expériences spirituelles, intellectuelles, culturelles et sportives, en utilisant un acronyme. En effet, en prenant appui sur les sens que nous proportionne cet acronyme ‘’demtiri’’, pris de la langue day (une variante des langues tchadiques qui se parlent au sud du Tchad). Nous pouvons avoir les décompositions et les sens suivants :

  1. Dēmtírī : le sujet est un verbe qui signifie écouter cette parole-là. Dēm + tí + rī : littéralement, est un mot composé d’un verbe (écouter), d’un nom (parole) et complément circonstanciel de cause (celle-là). Et les tons moyen et hauts qui les marquent seront : Dēmtírī. Ceci s’adresse à tout le monde, c’est un conseil : chacun peut écouter la parole de Dieu qu’il entend dans son cœur, par les autres personnes, mais toujours, se référer à cette parole de Dieu (pas n’importe laquelle). Pour cela, donc, il faudra discerner, cette parole que l’on entend. Ce blog voudrait vous aider é mieux écouter la parole de Dieu, en utilisant les voix chrétiennes d’entendre cet appel, cette voix de Dieu en l’homme.
  2. Dēmtírī : le sujet est un verbe qui signifie écouter les paroles dites dans des cris de femmes. Littéralement, c’est ici Dēm (écouter) + tí (les échos des paroles, des voix) + rī (les cris des femmes). Dans d’autres cultures, on parle de ces cris en les nommant, par l’onomatopée : you-you. Chez les day comme dans la plupart des cultures tchadiennes, ces cris sont propres des femmes. Par exemple, à Sarh, Koumra, Bekamba, Bangoul… on n’entendra pas un homme émettre ces cris you-you… Dans ce blog, nous vous ferons part des échos des ceux et celles qui nous pourront parler par manque de capacités linguistiques ou socioculturelles. Nous ferons échos de tout… le culturel, religieux ou humain.
  3. Démtírī : le dém (sang) qui signifie, littéralement, le sang de cette cause. Dans ce cas, le sujet un nom et un verbe comme dans les deux premières possibilités. A cause de ce changement de genre du sujet, nous avons décidé pas utilisé, cette troisième traduction dans ce blog. Autrement, il ne sera nullement dans les échanges de ce blog d’utiliser des arguments revendicatifs. Et plus la troisième traduction, en changeant de ton, est un autre mot, se référant à d’autres situations de la vie humaine qui n’est pas neutre.
  4. De meme les autres variantes possibles qui pourraient « demtiri », sans ses accents ou en les déplacçant autrement, ne nous intéressent pas non lus.
  5. Merci à vous tous, et bienvenue à Demtiri.