Quelques considérations aus sujet de la foi, en ce contexte de difficulté

Quelques considerations, de la revelation et de la foi. Ici ce que nous avons partagé avec les chretiens de Ndou (Vicariat Sainte Jeanne Anthide Thouret, de la Paroisse Esperance de Walia – Archidiocese de Ndjamena).

  1. Les Ecritures canoniques comme Révélation en forme de témoignage de foi, indissociables de leur réception ecclésiale hier et aujourd’hui, spécialement à travers la liturgie vécue, l’initiation chrétienne, la célébration des sacrements, la prédication, la vie spirituelle et l’étude exégétique ; tous ces lieux désignant le terrain initial et les instances de vérification d’une christologie impliquée.
  2. La tradition apostolique, prolongée jusqu’à nous à travers le ministère d’enseignement des évêques, puis la tradition dogmatique des sept premiers conciles, en connivence étroite avec la catéchèse et la théologie des Pères de l’Eglise.
  3. Les données les plus fiables des traditions néotestamentaires évaluées selon les critères scientifiques de l’exégèse historico-critique.
  4. L’expérience commune des hommes de notre temps, dans leurs aspirations et leurs conditionnements, analysée et qualifiée comme l’instance décisive d’une corrélation herméneutique (mutuelle et critique) entre la tradition vivante de la foi et les situations humaines en lesquelles nos contemporains doivent entendre, interpréter, pratiquer et traduire l’Evangile au sujet du Christ Sauveur.
  5. Les défis particuliers d’un contexte donné, d’une situation concrète (religieuse, sociale, politique), au sein de laquelle des communautés, chrétiens ordinaires ou de grands témoins apportent une réponse particulièrement probante, sous la forme d’une parole audacieuse et d’engagements radicaux en raison de leur foi.

Donc , Dieu veut aussi que l’hmme, sa créature participe à l’oeuvre du salut:

  • On ne peut pas déduire le salut de la création. La création est d’abord un acte sotériologique. Dieu veut sauver : son premier acte de salut c’est de créer le monde tel qu’il l’a voulu.
  • Le salut est d’abord un don qu’il ne faudrait pas simplement identifier à la création de Dieu.