Aller à la barre d’outils

Six traits caractéristiques du salut chrétien

  • En ces temps durs du coronavirus, nous rappelons ce que notre foi chrétienne nous rappelle tous les jours: notre foi et notre raison nous permettent d’avancer vers la vérité.
  • Voici six caracteristiques que nous copions ici pour ceux qui en voudraient. Cela ressort de nos échanges eus avec les chrétiens du Vicatriat Paroissial Sainte Jeanne Anthide Thouret à Walia (NDjamena) dans la Paroisse Sainte Espérance de Walia (Archidiocèse de NDjamena).

1) Le salut est conféré par grâce, au sens où il est principalement opéré par Dieu, son Auteur primordial.

2) Le salut advient dans l’histoire des hommes ; il ne consiste pas en une sortie ou une résorption de l’histoire. Il advient par un homme singulier, Jésus de Nazareth, qui change le sens de l’histoire humaine et la réoriente positivement vers son accomplissement et sa récapitulation en Dieu.

3) Le salut concerne potentiellement la totalité de l’humanité, car la volonté salvifique de Dieu est universelle. L’appel de Dieu à la sainteté concerne tous les humains et il instaure entre eux des relations renouvelées de solidarité, une communauté de destin, en regard d’une unique origine et d’une même fin ultime en Dieu.

4) Le salut signifie à la fois l’accomplissement de l’homme, sa réconciliation avec Dieu et sa participation à l vie divine. Ces trois notions fondamentales exigent une première clarification, provisionnelle. 

5) Le salut est opéré par la Pâques de Jésus, pivot de la volonté salvifique universelle. Comme cela apparaîtra dans notre dernière partie, l’une des apories de la sotériologie consiste à coordonner la volonté divine de salut avec la singularité du Christ Jésus et l’événement pascal. La Pâques du Christ est à la fois la révélation et la médiation de l’offre du salut. 

6) Le salut est une œuvre trinitaire : s’il advient par un homme dans notre histoire, il suppose cependant un engagement divin, une élection éternelle, un arrière-fond transcendant. Le présupposé trinitaire fonde l’implication de Dieu dans l’histoire pour le salut de tous. La Passion, la Résurrection et la Pentecôte supposent l’identité trinitaire du Dieu Sauveur. Sans l’implication personnelle du Fils unique pour notre salut, sans l’obéissance indéfectible du Fils envers son Père, sans la communion indivisible du Père et du Fils dans l’Esprit, la passion de Jésus resterait un fait anecdotique et sans conséquence ; sa mort serait celle d’un homme juste et innocent parmi tant d’autres. Selon notre foi, cette passion-là déploie portant une efficacité salvifique unique, en étroite connexion avec la filiation divine de Jésus et l’implication conjointe du Père et de l’Esprit dans l’œuvre de salut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 4 =


Releated

LA COMMUNION DES SAINTS COMMENT LA COMPRENDRE ?

En cette celebration de la Toussaint, nous partageons avec vous, quelques enseignements de l’Eglise Catholique sur la communion des Saints… Ils est important de retenir les aspects suivants: les deux appelations de l’Eglise (Eglise Militante ou Pelerine et Eglise Triomphante ou Celeste); la vie éternelle (aller au Ciel ou aller au Paradis, refus possible et […]